Air intérieur

Le 17/03/2020

Rester à la maison : adoptons les bons réflexes

La recommandation est simple, il faut éviter tout déplacement inutile et rester chez nous. Voici quelques conseils pour améliorer notre espace de vie et nous protéger.

Dans un contexte où rester à la maison est l’une des recommandations pour éviter la propagation du Covid-19, aussi connu comme coronavirus, il y a diverses actions que nous pouvons réaliser pour améliorer nos conditions de vie dans notre logement.

Ainsi, la qualité de l’air intérieur peut nous interpeler, surtout en sachant qu’il peut être 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur, selon les chiffres d’Atmo Hauts-de-France*.

Une aération de 10 minutes par jour des pièces (chambre, cuisine, salon, salle à manger) peut suffire pour obtenir un air de meilleure qualité, mais elle n’est pas la seule chose à faire, comme le confirment les Conseillers Médicaux en Environnement Intérieur (CMEI).

Les bonnes pratiques pour un air de bonne qualité

Bien que le printemps ne soit pas encore arrivé, pour avoir une bonne qualité d’air, il est conseillé de maintenir une température ambiante entre 18°C et 20°C et de chauffer régulièrement toutes les pièces du logement, sans différence de température entre elles.

Voici ici une liste des bonnes pratiques à prendre en compte :

  • Limiter l’utilisation des chauffages d'appoint : la combustion du pétrole libère des polluants et de la vapeur d’eau qui peuvent rester dans la pièce, avec comme conséquences potentielles, l’augmentation de risques des moisissures et d’intoxication ;
  • Entretenir -et faire contrôler régulièrement- les bouches d'extraction (cuisine, salle de bain et WC), les entrées d'air (séjour et chambres), la VMC (ventilation mécanique contrôlée), entre autres ;
  • Éviter les plantes vertes, les aquariums et les sources d'humidité dans les chambres (éviter de faire sécher le linge dans une chambre, par exemple). Ces sources d'humidité peuvent potentiellement engendrer des moisissures et favoriser le développement des acariens ;
  • S'il y a des moisissures visibles, il y a des spores en suspension dans l’air. Donc il faut effectuer rapidement (dès que ce sera à nouveau possible) des travaux d'étanchéité, d'isolation, selon l'origine du problème, et, en attendant, nettoyer les moisissures à l’eau de javel diluée. Si la surface contaminée est très importante, il faut faire intervenir une société spécialisée ;
  • Interdire la chambre aux animaux domestiques ;
  • Proscrire le tabagisme actif et passif ;
  • Éviter les parfums d'ambiance, désodorisants qui libèrent des Composés Organiques Volatils (COV) ;
  • Limiter l'utilisation des produits d'entretien qui libèrent des éthers de glycol, qui dégagent des substances irritantes et s’ils sont sous forme d’aérosols favorisant la dispersion des particules ;
  • Privilégier les produits avec des Ecolabels qui garantissent une faible émission de COV ;
  • Limiter l'usage des huiles essentielles, essences naturelles, désodorisants à base de plantes, qui peuvent être à l'origine de crises d'asthme et de réactions allergiques.

ATMO est l’Observatoire de l’Air, organisme qui surveille, informe, accompagne sur la qualité de l’air en France et dans chaque Région.